S’informer autrement [Courrier inter’, InRocks, Libé, Causette]

S’informer, cela s’apprend. Je ne pense pas que l’on puisse se dire un beau jour « oh et pourquoi ne pas lire le journal maintenant ? » . Enfin, peut être que si. Mais ce ne fut pas le cas me concernant. J’ai eu des périodes, des étapes. J’ai testé et retesté différentes méthodes et supports mais je crois avoir enfin trouvé ceux qui me plaisent, ceux qui me conviennent. Mon envie -voir mon besoin aujourd’hui- de lire les informations, de lire des articles écrits par des journalistes s’est déclarée au moment même où je suis tombée littéralement amoureuse de l’écriture. Quand j’étais plus jeune, j’empruntai souvent ces magazines pour pré-adolescents qui traitent vaguement de l’actualité, illustrés par de grandes photographies et dont les dernières pages sont réservées à des jeux. Plus tard, j’ai eu un ordinateur et j’ai découvert le site « Le Monde » et ses centaines d’informations à la journée. Avec mon entrée au lycée j’ai appris à écouter RTL et lire Courrier International. Au fur et à mesure des années et des évènements, les magazines et les journaux se sont succédé pour en arriver enfin à aujourd’hui, à l’écriture de cet article. Pour commencer, j’aimerais vous proposer une première sélection de journaux qui alimentent mon quotidien.

Courrier international – J’ai découvert ce journal hebdomadaire lors de mes années lycée. L’idée de passer le concours Sciences Po commençait à peine à germer dans mon esprit quand je n’ai eu d’autre choix que de commencer à vraiment maîtriser l’actualité internationale. Au début ce n’était pas facile, je considérai cela comme une corvée et non pas un agréable moment. Mais les semaines sont passées et je suis devenu accro. A la manière d’une série TV, tu suis au fil des semaines et des mois l’établissement des relations internationales, les avancées ( ou les reculs .. ) historiques et à partir de ce moment tu as vraiment l’impression de faire partie du monde, de ne pas avoir une existence neutre, de pouvoir prendre position, réfléchir et s’imposer. Aujourd’hui, Courrier International m’a mis des cartes en main qui m’ont permis à ma voix et mes idées d’avoir plus de possibilités et de légitimité. Ce qui est particulièrement intéressant c’est l’aspect profondément international de ce journal. Pour un sujet donné ce n’est pas spécialement un « spécialiste français » sur la question avec un regard, quelque soit son degré de connaissances. En effet, c’est d’ailleurs le principe même de ce journal : il est constitué majoritairement  de traductions d’articles de journaux étrangers. Il présente également pour un même sujet différents articles arborant des points de vu opposés. – 3,90euros

Libération – Cela fait moins d’une année que je lis occasionnellement ce quotidien français. Au lycée j’avais un professeur qui lisait beaucoup ce journal. Presque tous les matins je le voyais débarquer en cours avec son air renfrogné de mal réveillé et sa dose d’informations sous le bras. Ce n’était pas le genre de personne que tu apprécies facilement mais je ressentais tout de même beaucoup de respect. J’ai également pu dans le cadre de mes études supérieurs faire la rencontre de journalistes -femmes et hommes – travaillant pour ce journal. Alors oui, Libération c’est un peu comme la maison de mes parents, l’endroit chaleureux où tu es certain de pouvoir te réfugier. J’achète environ 1 à 2 numéros par semaine, je ne lis jamais tous les articles mais le faire me rassure, généralement les articles sont complets et pour suivre l’actualité immédiate c’est agréable d’ être certain de pouvoir s’y référer. Je vous conseille particulièrement le travail de Johanna Luyssen qui écrit beaucoup sur la place et l’image des femmes dans nos sociétés mais également sur les combats qui restent à mener. J’ai eu le plaisir de la rencontrer et d’assister à une de ses conférences dans le cadre de son livre Les 30 féministes que personne n’a vus venir. A la suite de cette rencontre, je vais certainement lire son ouvrage et, si cela vous dit,  lui dédier un article avec, on ne sait jamais, un interview de l’auteure. – 2euros

Causette – J’ai découvert ce journal/magazine mensuel en août dernier il me semble. Aujourd’hui je ne passe pas un seul mois sans l’acheter et même si parfois je ne suis pas complètement en accord avec certains points de vu exposés, sa présence au kiosque dans le rayon « féminin » (c’est un sujet que j’aimerais aborder dans un article complet ) me fait vraiment du bien. C’est le seul à ma connaissance ( n’hésite pas à me faire découvrir des titres ! ) qui ne passe pas son temps à parler de fringues, des nouveautés beauté, ou qui se lance dans des pseudo-débats dont la volonté de réflexion dépasse à peine celle de mes cochons d’inde. Sincèrement, j’en ai assez. Je ne veux en aucun cas critiquer ce type de magazine, critiquer ses rédactrices/rédacteurs et ses lectrices/lecteurs. Le problème ne se trouve pas, à mon sens, dans ce qu’ils font mais dans la dimension dans laquelle tous ces magazines s’inscrivent. Je débute des études sur le genre et le premier constat que j’ai pu faire et comprendre : nous ne sommes pas pré-programmées à aimer les chaussures à talon, le maquillage, la mode, la déco, la presse « people » ou autre. C’est quelque chose que l’on intègre tout au long de notre vie par notre entourage plus ou moins éloigné, par l’image qu’une femme doit adopter, ce qui lui est imposé par la société. Je suis de celles et de ceux qui veulent tout faire pour se détacher de ces pré-supposés. Alors oui, il y a encore beaucoup à faire mais Causette, qui se revendique « féministe », comporte ces nuances de détachement que je voudrais apporter à mon blog. Des débats sur la place des femmes et les initiatives, les combats qui sont menés pour faire avancer l’idéal d’égalité. C’est aussi un suivi de l’actualité musicale, cinématographique, politique, littéraire.. C’est un moyen de parler des femmes, pleines et entières dans la réalité. Je ne peux en aucun cas le résumer mais vraiment, laissez vous tenter par la curiosité que j’ai, je l’espère, déclenché.  – 5,50euros

Les InRocks – Il me semblait logique d’inscrire ce magazine à la suite de Causette. Les InRockuptible c’est un hebdomadaire que j’aimerais qualifier de « neutre », non pas pour sa tendance politique clairement identifiée plus à gauche, mais pour le lectorat qu’il vise : les femmes, les neutres et les hommes. Initialement il était consacré à la culture rock mais après plus de 30 années d’existence son horizon s’est élargi pour aujourd’hui proposer un savant mélange d’actualité politique et culturelle à tendance britannique. Pour la petite histoire, en 1986 deux hommes (Christian Fevret et Arnaud Deverre ) décident de créer un magazine consacré au rock publié tous les deux mois et qui serait uniquement composé d’entretiens et de photos en noir et blanc ( faites alors à l’argentique !). L’objectif consistait à aller à la rencontre de grands noms du rock de leur époque tels que Leonard Cohen et David Bowie mais aussi de faire découvrir certains artistes d’une scène anglaise alors encore méconnue internationalement. Grâce à eux, j’ai pu découvrir un bon nombre d’artistes méconnus du grand public ou bien encore des artistes qui habituellement ne font pas partie de mon registre comme La Femme. – 3,50euros

 

1 Alors, tu as aimé ?

Laisser un commentaire