Le 3 novembre à 11h44 : le mouvement pour l’égalité salariale

A partir du 3 novembre à 11h44, les femmes travailleront alors bénévolement. Je suis presque certaine que vous n’avez pas pu échapper à cette phrase, voir à ce #3novembre11h44 sur les réseaux sociaux. Dans tous les cas, vous êtes évidement les bienvenu.e.s à lire cet article !  Ce mouvement, cet « évènement » fut lancé l’année dernière sur le sol français par le collectif féministe Les Glorieuses dans le but de dénoncer l’inégalité des salaires qui existe en France entre les femmes et les hommes. En effet, dans une tout autre réalité où les femmes seraient les égales des hommes, si pour un temps de travail et un niveau de compétences et connaissances similaires elles avaient les même salaires que les hommes, alors elles pourraient s’arrêter de travailler dès aujourd’hui jusqu’à la fin de l’année.

Mais d’où vient ce constat ? Eurostat ( qui est la direction générale de la Commission européenne chargée de l’information statistique à l’échelle communautaire ) a publié le 18 octobre dernier sa version 2017 du « portrait statistique » qu’elle effectue sur la vie des femmes et des hommes en Europe (The life of women and men in Europe : a statistical portrait). Ce rapport, divisé en 3 catégories générales, aborde de nombreux domaines et de multiples problématiques en confrontant les hommes et les femmes. Le constat que l’on peut en retirer est celui d’un large fossé ( pas seulement d’un point de vue économique mais dans d’autres domaines tels que le processus d’embauche, la carrière, etc.. ) existant entre les deux sexes.

Né et inspiré de l’action des Islandaises en 2016, ce mouvement de protestation a pour but de mettre en avant la réalité des inégalités salariales entre les femmes et les hommes et vise à susciter une mobilisation autour de cette problématique. Des solutions et réponses peuvent être apportées, il suffit d’avoir la volonté de se pencher véritablement sur la question et c’est donc pour cela qu’il est nécessaire d’interpeler le et les gouvernements au travers d’actions. Malheureusement, cette seconde édition met en évidence un important recul par rapport au calcul précédent puisque le « bénévolat » pouvait débuter à partir du 7 novembre à 16h34 en 2016.

Comment s’impliquer ? Comment joindre la cause, le mouvement ? Que ce soit dans la « vraie vie » ou sur les réseaux sociaux, il est possible de soutenir la cause. Tout d’abord, une pétition est proposée par Les Glorieuses sur leur site (clique ici pour y accéder ). Ensuite, parle en. Aborde le sujet avec tes proches, avec tes amis et connaissances sur les réseaux sociaux, tu peux écrire un article pour ton blog ou publier une vidéo sur ta chaine youtube. Si tu en as la possibilité, tu peux aussi rejoindre les rassemblements qui auront lieu dans toute la France.

Cet article touche à sa fin et je suis assez heureuse d’avoir réussi à l’écrire à temps. J’ai essayé de faire un résumé répondant aux principales interrogations que l’on pourrait se poser en découvrant, dans quelques heures, cette action. J’ai pris également le temps d’insérer tout au long de l’article des liens sur lesquels vous pouvez cliquer, l’article des Glorieuses est très bien écrit ( et beaucoup plus détaillé que le mien ) donc si vous avez un peu de temps je vous conseille de le lire. Me concernant, je vous retrouve dimanche pour un nouvel article. Un indice ? « Ma bibliothèque engagée ».. à très vite !

3 Alors, tu as aimé ?

Laisser un commentaire